GUEST : MARIE-PAOLA BERTRAND-HILLION

jeudi, février 05, 2015

Coucou les filles (et les garçons peut-être), c'est Paulette !

Je reviens aujourd'hui pour vous parler d'une photographe de street style qui occupe la majorité de mon fil d'actualité instagram avec ses photos de street style (que j'adore). 
Je parle bien évidemment de Marie-Paola Bertrand-Hillion (@MARIEPAOLA_BH) !
Découvrez l'interview de cette photographe passionnée.

Picture by Easy Fashion Paris.



-Pourrais-tu te présenter afin que nos lecteurs en apprennent un peu plus sur toi ?
Je m'appelle Marie-Paola, j'ai 25 ans et je suis photographe street style, à titre professionnel depuis un an. Pourtant j'ai fait des études d'école de commerce avec des stages uniquement dans le secteur du luxe, en communication. J'ai beaucoup voyagé, étudié et travaillé à l'étranger et en parallèle j'ai lancé mon blog de street style. À la fin de mon dernier stage à Paris, j'ai cherché du travail mais tout est un peu bouché. Je suis quand même restée à Paris, c'est une ville que j'adore. Un jour de septembre 2013, j'ai reçu un mail de proposition de travail de photographe pendant la fashion week. A partir de là, la machine était lancé, je ne me suis pas arrêtée depuis.

-Pourquoi avoir choisi de ne photographier que des street styles ?

J'ai eu une révélation en 2010. Entre deux années d'école de commerce, j'ai participé à une semaine de cours d'été à l'Institut Français de la Mode (Paris 13e). Nous avons eu notamment une heure de présentation de blogs... Betty, Eleonor Bridge et The Sartorialist. Je ne décrochais plus de mon écran. À la maison le soir même, j'ai regardé des dizaines de page sur son blog. Je venais de perdre mon papa et je cherchais un projet personnel pour me concentrer dessus et sortir de ma tristesse continue. Passionnée de mode et de photo, le street style m'a paru comme une évidence. J'ai alors commencé par photographier des copains, j'ai créé mon blog et je me suis lancée dans la chasse aux inconnus stylés. 


-Cela fait combien de temps que tu tiens ton blog, qui m’a l’air de relativement bien marcher puisque bons nombres de personnes te suivent déjà sur Instagram ?
Depuis août 2010. Le blog marchait bien il y a deux ans. J'avais beaucoup de visites et commentaires d'autres blogueuses mais depuis l'engouement de plus en plus présent pour Instagram, mon blog est aujourd'hui une vitrine professionnelle. Je ne reçois plus de commentaire mais je le tiens quand même à jour quotidiennement car c'est grâce à lui que je trouve des clients professionnels. Du coup je me concentre plus sur Instagram à présent, c'est une plateforme que j'adore. J'y poste d'ailleurs plus de photographies, qui n'apparaîtront pas forcément sur mon blog.

-Je ne sais pas quel âge tu as mais, souhaites tu faire du métier de photographe ta profession ?

25 ans, depuis un peu plus d'un an je fais ça et oui je veux être photographe pour le reste de ma vie. Je trouve ça génial de vivre de ma passion. Même si je ne gagne pas beaucoup d'argent aujourd'hui, je m'accroche et c'est un challenge. Mais je souhaiterais me rapprocher de plus en plus du photojournalisme. Je n'ai pas l'ambition d'être photographe de mode dans un studio; ce que j'aime c'est la rue, la vie, l'extérieur, comment jouer avec la lumière naturelle, etc... Et pourquoi pas dans l'avenir, couvrir des sujets plus sérieux. La fashion week c'est super mais toujours la même chose et très fatigant.  Le plus dur est de gérer son temps. Être free-lance veut dire beaucoup de temps libre et il faut savoir s'imposer des horaires de travail.

-Tes proches t’encouragent à faire ce qui te plait ?

Oui bien sur. Je pense que ça rassure ma mère de savoir que dans tous les cas j'ai fait des études et ai un bac+5. Si un jour je décide d'arrêter la photo, j'aurais au moins des diplômes sur lesquels reposer. Et mes proches voient que je m'investis énormément dans ce que je fais, je crois qu'ils sont fiers de moi quand ils voient mes parutions.   

-Une bonne adresse que tu aimerais partager avec les lecteurs ?
Pour le goûter: l'institut suédois dans le Marais, métro saint Paul, ils font de super gâteaux.

Shopping: je vais beaucoup fouiller chez frip star rue saint Antoine, le bac à 1euro regorge de trésors.  

-Sur quels critères te bases-tu pour choisir ceux que tu décideras de photographier ?
Il faut que le style ou la personnalité d'une personne me saute aux yeux. C'est un coup de cœur immédiat dans chacun des cas. Lors des fashion weeks c'est différent, je photographie autant de monde que je peux, plus je prends de photos plus j'ai de chance d'en vendre. Mais ce que je préfère le plus ce sont les street styles à l'étranger qui n'ont rien à voir avec la fashion week. Je me suis vraiment beaucoup amusée au Japon, au Nepal, en Espagne (lors d'un festival rockabilly). Je trouve par exemple qu'une femme en saree en Asie est toute aussi stylée et sublime qu'une diva de la fashion week. 

-Une habitude typiquement parisienne que tu as ?

Une tarte tatin et un café sur la terrasse d'un café. Et rentrer chez moi en bus ou à pieds. 

Voilà voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

Xoxx Paulette !

You Might Also Like

0 commentaires